Affaire du pharmacien brutalisé: les pharmaciens face à la presse

Le Syndicat des pharmaciens privés du Sénégal (SPPS) tient un point de presse à 10 heures au siège de l’Ordre des pharmaciens (Mermoz 2ème porte), suite à l’arrestation musclée mercredi du docteur Cheikhouna Gaye opérant dans une pharmacie située à la Patte d’Oie, à Dakar,
Le docteur Gaye, de garde dans la nuit de mercredi à jeudi, a été arrêté et conduit de force à la Police des Parcelles Assainies, les mains menottées, sur ordre du commissaire Bara Sangharé.
Le pharmacien lui avait signifié l’impossibilité de lui vendre sans ordonnance un médicament qu’il souhaitait acheter. Le médicament en question, qui était sur liste rouge, ne pouvait selon le pharmacien être vendu que sur prescription médicale.
Jeudi, le bureau des relations publiques de la Police nationale a indiqué que « toutes les mesures disciplinaires » jugées convenables avaient été prises, suite à cet incident.
« […] la Police nationale tient à informer que l’Autorité a pris toutes les mesures disciplinaires attendues dans de pareilles circonstances malheureuses. […] », indique-t-elle, dans un communiqué de presse parvenu à l’APS.
Le communiqué ne précise pas toutefois la nature des mesures disciplinaires prises à l’encontre de l’intéressé.
En tout état de cause, la Police nationale précise qu’elle « ne ménagera aucun effort pour prévenir de pareils incidents dans la manière de servir de ses différentes unités ».
Evoquant les faits en question, elle dit avoir « constaté » jeudi « la diffusion, à travers les réseaux sociaux et les sites d’information en ligne, d’une vidéo illustrant un malheureux incident entre un fonctionnaire de Police en service au Commissariat des Parcelles Assainies, et un docteur de la pharmacie Fadhilou Mbacké sise à la Patte d’Oie ».
Elle « appelle toutes les parties à la retenue et à la sérénité, et les invite à prendre conscience du partenariat solide qui existe entre elle et les pharmaciens dans la prise en charge des défis communs auxquels ils font face ».
Le ministre de la Santé et de l’Action sociale, qui s’est rendu sur les lieux, a qualifié d’ »inadmissible » ce qui s’est passé dans cette pharmacie. « Ce qui s’est passé est inadmissible. Je ne peux pas commenter outre mesure, mais tous les Sénégalais ont été choqués comme moi […] », a-t-il déclaré dans des propos rapportés par le quotidien Enquête de ce vendredi.

Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here