Accueil Actu Médias/Opinion En cette période de pandémie du coronavirus, le Chef de l’Etat Macky...

En cette période de pandémie du coronavirus, le Chef de l’Etat Macky Sall attend plus des réponses que des questions, plus de contributions que d’interpellations,… (Par Doudou Ka)

0

La Coalition Doggu pour le Grand Sénégal suit avec intérêt le débat national relatif aux dernières mesures d’assouplissement des restrictions prises par le Gouvernement dans le cadre de la gestion de la pandémie due au covid-19.
Depuis quelque temps, une certaine classe politique, en peine de confinement, s’est inventé un débat sur des décisions de souveraineté qui n’incombent qu’au Président de la République, rompant du même coup le pacte de solidarité et d’unité que les sénégalais, dans leur quasi-unanimité, s’étaient imposé en faisant bloc autour du Chef de l’Etat qui, en l’espèce, est le seul à disposer de tous les paramètres requis pour prendre les bonnes décisions dans l’intérêt bien compris de son peuple.

morts à travers le monde, comment comprendre l’attitude de ces concitoyens qui, au lieu de viser l’ennemi, passent le plus clair de leur temps à tirer sur les troupes engagées au front ?
Le Comité d’Orientation Politique (COP) de la Coalition Doggu pour le Grand Sénégal rappelle qu’en cette période de guerre, il n’y a qu’un seul Chef, le Président de République, Chef Suprême des Armées, qui attend des réponses plus que des questions, des contributions plus que des interpellations, des armes et des munitions plus que des piques et des quolibets.
Habitués à faire les choux gras de la presse à sensation, ces prétentieux amateurs de la controverse stérile se sentent aujourd’hui durement concurrencés par le covid-19 qui, non content de leur ravir la vedette, les a contraints au confinement politique. Ainsi, ont-ils cru devoir s’insurger contre l’assouplissement des mesures de restriction annoncées par le Président de la République lors de sa dernière adresse à la Nation en date du 11 mai 2020, sans jusqu’ici avoir eu le courage politique de proposer, a contrario, des mesures concrètes.
Ils ont l’audace de demander au Chef de l’Etat de maintenir les mesures de restriction au détriment des populations déjà si durement éprouvées par les contre-coups du ralentissement économique, au motif que le taux de contamination est dans une phase ascendante. C’est comme si, dans leur logique, le degré de confinement devait toujours être proportionnel au taux de contamination.

Autant, ils étaient contre le confinement partiel de départ qu’ils jugeaient excessif au vu du nombre de cas qui n’avait pas atteint la dizaine, autant, aujourd’hui, ils plaident pour une plus grande restriction des libertés parce que le nombre de personnes contaminées croît de façon très significative. Et, si on va jusqu’au bout de leur logique, il faudrait attendre la fin des contaminations ou une réduction très forte du taux de transmission pour envisager un assouplissement des libertés et une reprise effective des activités économiques.
Le COP de la Coalition Doggu pour le Grand Sénégal reste convaincu qu’une bonne analyse de la crise liée au covid-19 ne devrait pas se limiter à l’interprétation des seuls statistiques sanitaires. L’aspect sanitaire, bien que prioritaire, ne doit en rien occulter les dimensions non moins essentielles que sont les aspects sociaux et économiques. C’est dire que le mécanisme de prise de décision est très complexe et le Président de la République, qui consulte régulièrement les services et les acteurs concernés pour ses prises de décision, est à un niveau de responsabilité et d’information qui lui donne une vue holistique sur tous les paramètres et enjeux de la crise qui est, à la fois, sanitaire, sociale et économique.
Prenant acte de la dernière adresse à la Nation du Chef de l’Etat du 11 mai 2020, le Comité d’Orientation Politique de la Coalition tient à féliciter le Président de République pour la prévenance et clairvoyance dont il a fait montre dans la gestion de la crise du Covid-19.

Après avoir déclaré la guerre au coronavirus, en bon Chef Suprême des Armées, le Président Macky SALL a respecté toutes les règles qui conviennent en cas d’attaque inopinée de l’ennemi, notamment, en demandant à ses troupes, dès les premières rafales adverses, de rester bien protégées dans les tranchées et derrière les barricades, le temps de prendre la pleine mesure de l’attaque-surprise.
Le peuple sénégalais, dans sa grande majorité, avait bien apprécié en son temps les mesures prudentielles et présidentielles prises, dès l’annonce des premiers cas issus de la pandémie, mesures qui ont eu pour effet de ralentir considérablement la progression de la maladie dans notre pays, faisant du Sénégal une référence sanitaire à travers le monde.
Profitant de ce temps d’observation, une intense campagne de sensibilisation a été menée par le gouvernement, les artistes, la société civile, les chefs religieux, etc., de façon qu’aujourd’hui, même les plus jeunes et les non instruits comprennent la maladie, son mode de propagation et les mesures-barrière qu’il convient d’adopter pour vivre en société avec un risque minimal d’inter-contagion.
Dans le même temps, l’intendance a été assurée et un plan de riposte élaboré. La mise en œuvre d’un Programme de Résilience Economique et Sociale (PRES) porté par un Fonds dénommé Force-Covid-19 et doté d’un budget de 1000 milliards FCFA est à saluer comme une pertinente réponse ponctuelle face à une situation si inédite et si imprévisible.
Avec de telles dispositions auxquelles il faut ajouter l’instauration récente du port obligatoire du masque et du lavage systématique des mains, les sénégalais sont maintenant mieux préparés à sortir progressivement de leur confinement partiel pour faire face à la maladie qui doit être considérée désormais comme un élément constitutif de notre vie quotidienne. « Il faut désormais apprendre à vivre avec le coronavirus », dit le Président de la République.
Le covid-19 ne menace pas seulement la santé physique du citoyen mais également la santé de nos entreprises nationales , des PME et des TPE, sans compter qu’il constitue un coup d’arrêt pour nombre de programmes essentiels qu’il urge de remettre en chantier, notamment le Programme d’accès universel à l’électricité, le PUDC, le Programme des 100 000 logements, le PUMA, le Promovilles , le programme spécial d’amélioration de l’alimentation en eau potable de Dakar (PSDAK), ainsi que tous les projets et programmes du secteur privé national dans la phase de relance.

C’est tout le sens qu’il faut donner aux récentes décisions du Président de la république. Convaincu qu’il ne peut mettre un gendarme derrière chaque sénégalais, il a formé, informé et préparé son peuple à prendre en charge avec responsabilité les recommandations qui conviennent à un déconfinement bien compris.
Le succès du déconfinement progressif que nous impose la nécessaire cohabitation avec la pandémie dont la durée reste indéterminée, sera tributaire de notre commune volonté de procéder au remaniement comportemental qui sied en pareille circonstance et qui commence par « l’auto-déconfinement responsable ».
Et d’ailleurs, la décision de rouvrir les lieux de culte, laissée à l’appréciation des religieux a montré l’esprit de grande responsabilité qui préside à leurs décisions. Rien ne sera désormais plus comme avant, dans les sites de prière collective. Il y va de la responsabilité de tous et de chacun.
Flexible quand il faut, ferme quand il se doit, le Président Macky SALL manie l’art de la guerre avec panache et subtilité car au-delà des enjeux sanitaires, il a su prendre les mesures appropriées pour prévenir une crise sociale et économique qui, pour le moins, risquait de compromettre durablement les fondements sociétaux posés par notre grand peuple depuis l’Indépendance.

Doudou KA, Ingénieur des Ponts et Chaussées,
Président du Comité d’Orientation Politique de la Coalition Doggu pour le Grand Sénégal

Partagez sur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici