Accueil A LA UNE PROPOSITION DE RÉAMÉNAGEMENT DE L’ANNÉE SCOLAIRE

PROPOSITION DE RÉAMÉNAGEMENT DE L’ANNÉE SCOLAIRE

0

Dans son discours du 11 Mai 2020, le président Macky Sall a annoncé que « le covid-19 continuera encore de circuler dans le pays jusqu’au mois d’aout, voire septembre ». Il a par ailleurs confirmé la reprise des cours prévue le 2 juin prochain. Laquelle avait été annoncée dans une note d’orientation qu’enseignants et élèves s’étaient partagés, notamment sur les groupes de discussions en ligne. Il est à redouter que cette reprise des cours n’ait des répercussions néfastes. Ce sont des centaines de milliers d’élèves qui vont reprendre le chemin de l’école après deux mois d’interruption en raison du covid19. D’après la note d’orientation susmentionnée, les enseignant.e.s devront rejoindre leurs postes le 18 Mai. Avec eux/elles, il faudra compter le personnel d’appoint, gardiens et personnes de charge, les administrateurs des écoles etc.

La majorité des écoles du Sénégal sont dans des conditions d’hygiène et de logistiques déplorables. Bon nombre d’entre elles ne disposent pas de salles de classe permettant d’acter une distanciation sociale efficiente. La disponibilité de latrines, l’accès à l’eau, l’enclavement et/ou l’éloignement de beaucoup d’établissements ont toujours constitué un frein à des conditions d’enseignement-apprentissage idoines. Qui plus est l’hivernage a débuté par endroits et nombreux sont les élèves qui préfèreront rejoindre les champs (avec l’accord des parents) que de reprendre le chemin des écoles. Pour ce qui est des zones urbaines, avec la récurrente question des inondations, les écoles servent souvent de lieu de recasements de sinistrés.

Sélectionné pour vous :  Un enfant de 6 ans mortellement fauché dans une course-poursuite entre 3 véhicules

Il faut aussi prendre en compte la situation de nombre d’enseignant.e.s et apprenants immunodéprimé.e.s ou souffrant de pathologies liées à leur environnement scolaire, mauvaise qualité de la craie, abris provisoires, humidité dans les salles de classes, etc. Il est aussi à se demander ce qui a été prévu pour les enseignantes en état de grossesse et celles qui allaitent. Notons que l’ANSD comptait dans sa Situation Economique et Sociale (SES) du Sénégal de 2016, 9827 établissements d’enseignement primaire, 1932 au niveau du Moyen et 827 établissements du secondaire. Le délai entre l’annonce de reprise des cours et la reprise effective nous parait extrêmement court pour mettre en place, sur tout l’ étendu du territoire, un dispositif de prévention et de prise en charge d’éventuels contaminés (Dieu nous en garde). Toutes conditions qui permettraient aux enseignant.e.s, aux administrateurs et aux élèves de rejoindre les classes en toute confiance.

Sélectionné pour vous :  Cité Fadia: un chef religieux agressé en plein jour. La scène captée par une camera de surveillance

Tenant compte de tous ces paramètres il nous semble prématuré, pour ne pas dire hautement risqué de reprendre les cours à la date prévue du 2 juin. Il est primordial de préserver la santé d’une frange importante de ce que la nation a de plus cher, ses enfants les plus jeunes et les plus vulnérables. Il est tout aussi primordial de préserver la santé de dizaines de milliers de mères et de pères de famille.

Nous proposons ainsi :

-  De reprendre les cours dès le 1er octobre : ce mois, de même que celui de novembre seront consacrés à la poursuite des enseignements-apprentissages, en vue de compenser le retard accusé à tous les niveaux.

Sélectionné pour vous :  INCULPÉ PAR LE JUGE, BOUGAZELLI VA PASSER SA PREMIÈRE NUIT À REBEUSS

-  De consacrer le mois de décembre aux examens ou évaluations certificatives (qui prendront fin au plus tard le 22 décembre en tenant compte des congés de Noël)

-  De programmer la rentrée scolaire 2020-2021 dans la fourchette du 05 au 10 janvier 2021, cette année se poursuivra jusqu’au 31 juillet comme de coutume.

-  De faire cours les samedis pour le compte de l’année scolaire 2020-2021au niveau de l’élémentaire.

-  De réaménager les emplois du temps en augmentant le crédit horaire selon les matières dominantes au niveau du Moyen-Secondaire. Par exemple, une classe de 3eme qui a 4h en Histoire-Géographie par semaine se verrait ajouté 2h dans la discipline.

Ce sont là nos propositions pour sauver l’année scolaire tout en limitant le risque de propagation du covid-19 chez les élèves et les enseignant.e.s.

Par M. DIOUF et Mme SECK, enseignants

 

Partagez sur

À VOIR SUR SENEGALACTU TV

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici